La force des collectifs

La force des collectifs

La force des collectifs

 

Depuis quelques années, les collectifs, associations et/ou groupes d’artistes font partie intégrante de la scène alternative parisienne. Attachés à faire vivre des lieux occupés ou permettant d’accompagner un processus de création, ils y occupent, de fait, une place de premier plan.

Alors que ceux qui y aspirent sont de plus en plus nombreux, il n’est cependant pas si facile de pratiquer une activité artistique par les temps qui courent… La majorité de ceux qui le souhaitent font face à de nombreuses difficultés. Ils sont en butte à divers obstacles dans leur parcours, en particulier pour monter leurs projets s’ils sont jeunes et si leur travail sort des cadres. Et si leur originalité ne leur permet définitivement pas de répondre aux standards imposés par les structures traditionnelles, il est encore plus dur -comme on dit – de « percer », ou tout au moins de vivre en continuant à créer. Fonctionner en collectif permet de réunir ses forces, et de mettre en commun des solutions face aux difficultés rencontrées. Être à plusieurs donne l’opportunité de dénicher les espaces nécessaires à la création, de se faire entendre et de trouver son public en-dehors des espaces traditionnels. Il est alors plus facile de désinvestir l’institution afin d’inventer d’autres modèles de production et de diffusion.

Collectif la main
Collectif La Main

Le collectif La Main a ainsi permis à plusieurs jeunes créateurs de pratiquer dans un lieu avant, soit de prendre leur envol individuel, soit de poursuivre une autre aventure collective, avec des personnes rencontrées sur le lieu. Les ateliers pourvus de matériel de sérigraphie – particulièrement onéreux – ainsi que les salles de répétition ont permis à des artistes comme la DJ Mab’ish, également organisatrice de soirées parisiennes branchées comme Salade Composée ou B&C, ou Rim Zitouni, danseuse et chorégraphe, spécialiste du voguing, de se lancer.

La Gare XP, qui propose concerts, soirées et ateliers DIY s’est également formée autour d’un collectif pluridisciplinaire constitué en association. Ceci a précisément été le facteur-clé de sa pérennisation. Dans un premier temps, la Gare XP agrégeait ses habitués au sein d’un squat ; elle a par la suite été en mesure de proposer des résidences d’artistes, et de mettre à disposition salle de spectacle et galerie d’exposition. À la faveur d’une convention d’occupation signée en 2011 en accord avec la Ville de Paris, elle est ainsi devenue un point de repère dans le 19ème arrondissement où se rencontrent plasticiens, illustrateurs, régisseurs de spectacles mais aussi tous les habitants du quartier dans lequel elle est très implantée, notamment grâce à l’instauration d’un café solidaire.  

Cet ancrage donne également tout son sens à l’association de La Petite Rockette, située dans le 11ème arrondissement parisien. Elle n’organise quant à elle pas d’événements particuliers mais elle met à disposition de tous salles de répétition et espaces de créations. Dans la volonté d’aider chacun à s’exprimer, elle est ouverte à tout pratiquant d’une activité : amateurs comme artistes en quête d’ateliers. Le Jardin d’Alice à Montreuil, géré exclusivement par des artistes, propose lui aussi, outre des espaces de convivialité, des studios de répétition, une galerie et une salle de spectacle.

D’une part, se constituer en collectif est un bon moyen d’accéder à un espace pour parfaire et poursuivre sa pratique, nous l’avons vu D’autre part, c’est aussi  une façon de mutualiser les réseaux et de faire connaître son travail pour un artiste. Ainsi, nombre de lieux comme L’ Aérosol, installé sur une friche SNCF et dédié au graff et aux cultures de rue, offrent à leur public une véritable programmation de qualité. Concerts aux line-up soignés sont organisés. Une exigence qui devrait se renforcer car L’Aérosol se dote d’une nouvelle direction artistique pour sa réouverture en avril 2018, -assumée pour partie par la SCOP (entendez ‘‘Société Coopérative et Participative’’) Polybrid Polybrid.

Collectif la main
Collectif La Main

Ainsi les collectifs de ce type sont en mesure d’être force de proposition dans l’organisation d’événements. Que ce soit pour héberger un concert ou une exposition, ils supportent les artistes dans la diffusion de leur travail. De plus, ils sont à même de légitimer un statut d’artiste. Ils sont aptes à promouvoir leur création grâce à leur ancrage au sein de la scène alternative et aux moyens de communication qu’ils mettent en place au sein de leur(s) réseau(x). De cette façon, le Collectif Curry Vavart met en place la programmation du Shakirail depuis ses débuts. Il gère la mise à disposition des espaces, sélectionne les artistes pour lesquels il choisit de monter une exposition. Il se positionne comme premier relais de diffusion de l’information, que ce soit par le biais de flyers, de l’animation des réseaux sociaux ou de sa newsletter, -incontournable pour qui veut être au courant des nombreuses activités qu’abrite ce lieu de la Petite Ceinture ! Le collectif, toujours en plein bouillonnement, vient en outre de lancer un premier appel à résidence d’artistes, – ouvert aux créateurs solo aussi bien qu’aux collectifs artistiques, la boucle est bouclée…

Dans le domaine des arts visuels, les collectifs s’ouvrent au concept de résidence d’artistes, permettant d’offrir un véritable cadre anti-institutionnel à la création, et de plus, inscrit dans la durée. La Maison Populaire de Montreuil, association de jeunesse et de culture populaire accueille ainsi artistes et commissaires en résidence.  De même pour le collectif du 6B à Saint-Denis qui s’auto-définit comme « lieu de création et de diffusion » ou l’association In Carne qui   soutient le processus créatif de jeunes artistes dans le spectacle vivant. Selon un principe d’échange horizontal, elle propose des rencontres, des formation et des ateliers hebdomadaires. Ouverte à des disciplines aussi variées que le cinéma, la photographie, le clown ou l’art numérique, elle a pour ambition de devenir un carrefour de la jeune création. Partenaire entre autres du Festival « Rue Libre ! » en 2014 -année de sa création -, In Carne permet à de jeunes projets encore en devenir ou un brin loufoques de s’épanouir dans un cadre soutenant.  

Collectif In Carne
Association In Carne

Des lieux comme le Théâtre de Verre tenu par l’association Co-Arter ou La Capela à Porte de la Chapelle qui abrite un collectif artistique se distinguent quant à eux plutôt comme « salles de spectacle » ouvertes aux spectacles expérimentaux et prospectifs les plus divers.

Sans être attachés à un lieu, on recense par ailleurs nombre de collectifs de création artistique qui permet aux artistes de s’emparer des nouvelles manières de faire de l’art. TeamLab est l’un d’entre eux. Consacré à la sculpture lumineuse, ce collectif interdisciplinaire d’envergure internationale joue entre l’art vidéo et le mapping afin de donner à voir de belles échappées visuelles. Le collectif japonais qui manie les nouvelles technologies présente bientôt un projet à La Villette, ouverte aux formes d’art urbaines et contemporaines, à partir du mois de mai 2018.

À une plus petite échelle, on retrouve des collectifs comme La Bulle, créateur d’environnement visuel et sonore qui a officié au printemps 2017 au sein de  la FarM, « tiers-lieu » nocéen désormais fermé. Leur concept original consiste à créer des connexions entre ce qui est projeté et ce qui est créé en live d’un point de vue sonore. Les visiteurs et spectateurs sont invités à prendre part aux créations et la parole des participants est par exemple enregistrée et diffusée tout le temps que dure l’événement. Le collectif réalise également, -de manière collaborative toujours-, des mapping jam : c’est-à-dire que tous ceux qui dansent lors d’un concert voient se dessiner leur trajectoire sur les parois de la fameuse « Bulle »…

L’effectivité du collectif se vérifie également dans sa capacité à être agrégateur de talents. Nous en voulons pour exemple HORS ZONE, collectif formé de six étudiantes en médiation culturelle qui vise à établir « un pont entre tiers-lieux à investir et jeune scène artistique ». Après le succès de leur premier événement à La Capela en mars 2017, elles présentaient leur nouveau projet à La Recyclerie (18ème arrondissement) un mois plus tard, un événement qui a connu un joli succès.

Les collectifs et associations forment en outre un réseau d’entraide. Œuvrant dans les mêmes buts, ils se soutiennent, que ce soit pour l’occupation temporaire de lieux, la promotion d’événements ou la création pure et simple, assurant un bel effet boule de neige. L’association des « Murs à Pêches » (MAP) de Montreuil qui accueille tous les ans au début de la belle saison son Festival des Murs à Pêches collaborait en juin 2017 avec l’association Les Euménides. Le festival propose habituellement installations, performances et spectacles sont ouverts à tous sur participation libre le temps d’un week-end.  Le fil rouge qui conduit à ces moments festifs de partage restant la sensibilisation aux problèmes environnementaux et à l’écologie de proximité, Les Euménides ont trouvé leur place en proposant des événements participatifs. Tenants d’une forme d’éducation populaire, ses membres ont aussi développé une revue d’écologie des arts, Phuzine. Emmenée par « une équipe de recherche-action participative », elle est composée de spectateurs et d’intervenants. Elle organise par ailleurs des Rendez-vous d’écologie des arts. Preuve est faite qu’il est plus enrichissant pour tous de faire le pari d’inventer de nouvelles façons de faire de l’art ensemble. Car s’il est bien un domaine possible de subversion de la normes dans une société atomisée et individualisée, c’est celui de la création qui ouvre la voie à des potentialités inédites.




Reçois le meilleur des événements alternatifs directement sur messenger avec le bot Diggin.
Clique pour t'abonner 🙌








Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONNEXION


Créer un compte
Mot de passe oublié ?

Créer un compte


Identifiant
Vous souhaitez vous connecter?

Mot de passe oublié ?